Artistes / Groupes

Eyo’nlé
Fanfare béninoise

Chez eux, la musique est une évidence, un art de vivre. Du berceau au cercueil on joue, on chante, on danse et on souffle dans des cuivres en tapant sur des percussions…

Les 4 frangins sont nés dans une famille où la musique règne en maître depuis des décennies, avec un grand-père accordéoniste, un père chef d’orchestre à la gendarmerie nationale du Bénin, connu sous le nom de « Caïman » et précurseur des cuivres au Bénin. Chez eux, la musique est une évidence, un art de vivre. Du berceau au cercueil on joue, on chante, on danse et on souffle dans des cuivres en tapant sur des percussions…

Quoi de plus naturel pour eux, dès lors, que de former en 1998, la fanfare EYO’NLÉ.

Au gré de ses périples musicaux réguliers en Europe, la fratrie Ahouandjinou croise la fratrie Burguière qui les embarque dans une aventure musicale extraordinaire : la tournée-anniversaire des 20 ans des Ogres de Barback.
Deux années de travail en commun et quelques 100 dates en France, Belgique, Suisse, Togo et Bénin.

Cette expérience plonge les quatre frères dans l’univers la chanson française, dans lequel ils retrouvent certains des titres qui ont baigné leur enfance.
En effet, Caïman, leur papa, ramenait des 33 tours de France et partageait sans cesse ces musiques venues d’ailleurs.

Tranquillement, l’idée a germé et s’est imposée à eux : ils allaient chanter les textes de ces grands chanteurs français, tout en revisitant les musiques à la sauce Eyo Nlé.

A retrouver au festival

Vidéo